Sélectionner une page

Face au défi de la transition énergétique, est-ce que l’Union européenne agit suffisamment rapidement ? En particulier, est-ce que nous atteindrons les objectifs que nous nous sommes fixés pour 2020 ?

Quelles sont les principales nouveautés apportées par ce nouveau paquet législatif « Une Énergie propre pour tous les Européens » ?

La situation au regard de la sécurité énergétique de l’Union européenne a-t-elle progressé ? Est-ce que le scénario de la crise gazière de 2009 pourrait se reproduire aujourd’hui ?…

 

Dominique Ristori est Directeur général pour l’énergie. Il travaille à la Commission européenne depuis 1978 où il a occupé diverses fonctions de management. Avant son poste actuel, il a été directeur général du Centre commun de recherche (CCR) (2010-2013). Entre 2006 et 2010, M. Ristori a été directeur général adjoint de la Direction générale de l’Énergie et des Transports. Entre 2000 et 2006, en tant que Directeur en charge des affaires générales et des ressources à la Direction générale de l’Énergie et des Transports, il était chargé en particulier des domaines suivants : relations interinstitutionnelles, élargissement et relations internationales, coordination de l’énergie et de la recherche en matière de transport, marché intérieur, aides d’État, infractions et obligations de service public, droit des usagers et passagers et gestion centralisée des ressources humaines et budgétaires. Entre 1996 et 1999, il a été directeur chargé de la politique européenne de l’énergie à la Direction générale de l’Énergie. M. Ristori a joué un rôle important dans l’élaboration et l’adoption des deux premières directives sur le marché intérieur du gaz et de l’électricité. Il a également lancé avec succès les Forums de Florence et de Madrid en matière d’électricité et de gaz à l’origine de la réglementation dans le secteur de l’énergie. Entre 1990 et 1996 M. Ristori a été en charge de la coopération transnationale des PME à la Direction générale « Entreprises ». Dominique Ristori est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris en 1975.

Entretien-Dominique-Ristori