Sélectionner une page

Les secteurs de l’industrie et de la grande distribution sont investis, depuis de nombreuses années déjà, dans la performance énergétique. Pourtant, le taux d’équipement en solutions énergétiquement efficaces est très inférieur au potentiel. Par le biais d’une enquête qualitative, nous avons identifié les freins et les leviers à la mise en place de solutions efficaces. Ce travail doit permettre aux industriels et aux grandes surfaces de se repérer par rapport à des profils types et d’agir efficacement en fonction de leurs propres atouts et marges de manœuvre.

Industry and mass distribution: the sociology of energy efficiency

For many years, the industry and retail sectors have been investing to improve their energy performance. However, the use rate of energy-efficient solutions remains much lower than their potential. Using a qualitative survey, we identified both the obstacles and the drivers to the implementation of effective solutions. This work should enable manufacturers and supermarkets to benchmark themselves within their sectors, and to take effective actions based on their individual strengths and margins for manoeuvre.

Bénédicte Ballot-Miguet est ingénieure de recherche experte en froid industriel et commercial au sein d’EDF R&D. Elle est ingénieure de l’ENSI de Caen, Docteure en Sciences des Matériaux de l’Université Paris X, Licenciée en Sciences Humaines et Sociales de l’Université Paris Descartes. Elle a débuté sa carrière à EDF en 1996 aux Moyens Centraux du Parc, puis a intégré la R&D en 1999 où elle a été chargée d’études, responsable de laboratoire, chef de projet. Elle participe à des projets de recherche nationaux et internationaux, et contribue à la rédaction de fiches standards CEE.

Florence Bui-Vivan est ingénieure de recherche en Sociologie au sein d’EDF R&D.

Jean-Pierre Durand est Professeur de Sociologie émérite à l’Université d’Évry où il a fondé le Centre Pierre Naville. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages critiques de sociologie générale et de sociologie du travail et des organisations : La chaîne invisible. Du flux tendu à la servitude volontaire (Le Seuil, 2004), La fabrique de l’homme nouveau. Travailler, consommer, se taire ? (Éditions Le Bord de l’Eau, 2017). Nombre de ses ouvrages et articles sont traduits en anglais, en japonais, en turc, en chinois, en espagnol. Il dirige la Nouvelle Revue du Travail.

Lucie Goussard est maître de conférences en sociologie à l’université d’Évry Paris-Saclay et chercheure au Centre Pierre Naville. Spécialisée en sociologie du travail, ses recherches portent sur l’organisation par projet, la santé des salariés très qualifiés ainsi que sur la manière dont les acteurs syndicaux investissent les questions de santé mentale au travail. Elle a d’ailleurs récemment co-dirigé l’ouvrage collectif  Syndicalisme et santé au travail, paru aux éditions du Croquant.

Sébastien Petit est maître de conférences en sociologie à l’Université d’Évry/Paris-Saclay, enseignant-chercheur au Centre Pierre Naville et chercheur associé au Centre d’Études de l’Emploi et du Travail. Spécialisé en sociologie du travail, des organisations et des innovations scientifiques, ses recherches portent notamment sur les transformations du travail des ingénieurs et des chercheurs industriels et sur le rôle des dispositifs de gestion dans les activités d’innovation.

Guillaume Tiffon est maître de conférences en sociologie à l’université d’Évry Paris-Saclay et chercheur au Centre Pierre Naville et au Centre d’Études de l’Emploi et du Travail. Ses recherches portent sur la  rationalisation des services, à travers la mise au travail des clients notamment, et les effets des nouvelles formes d’organisation du travail sur la santé des chercheurs.

Abonné

S'abonner ou

10,00Ajouter au panier