Les politiques de transition bas carbone en Europe commencent à mettre l’accent de façon insistante sur les couplages Power-to-Gas (production d’hydrogène parélectrolyse, prolongée par sa méthanation) et Power-to-Heat (transformation de l’électricité en chaleur par des pompes à chaleur dans l’industrie, les logements et les réseaux urbains) en se fondant sur les surplus horaires des productions d’EnR intermittentes. Le développement de ces couplages est loin d’être assuré, même si on peut tabler sur les baisses de coût des techniques concernées au fur et à mesure des installations, car ces techniques sont capitalistiques. Leur rentabilité dépendra de l’importance des périodes de bas prix horaires de l’électricité, reflets de l’abondance épisodique des productions EnR intermittentes au cours d’uneannée. Le papier précise les différentes possibilités de couplages sectoriels, les obstacles se présentant devant leur développement, et les politiques et mesures envisageables  pour y faire face.

The role of sectoral couplings in transition scenarios

Low-carbon transition policies in Europe are increasingly focusing on Power-to-Gas (production of hydrogen by electrolysis, followed by methanation) and Power-to-Heat (conversion of electricity into heat by heat pumps in industry, housing and urban networks), both of which rely on hourly surpluses of intermittent renewable energies. The development of such couplings is far from being a given, even if we assume that the cost of these capital-intensive technologies can be expected to fall as the number of installations rise. Indeed, their level of profitability will depend on the proportion of periods of low hourly electricity prices, reflecting the periodic abundance of intermittent renewable production over the course of a year. The paper identifies the potential for various sectoral couplings, the obstacles to their development, and possible policies and measures to address them.

Directeur de Recherche émérite au CNRS, Dominique Finon est depuis 2003 chercheur associé au CIRED (CNRS et ENPC) et à la Chaire European Energy Markets de l’université Paris-Dauphine, et conseiller scientifique du Conseil Français de l’Énergie. Il a été directeur de l’Institut d’Économie et de Politique de l’énergie (CNRS et Grenoble II) de 1991 à 2002 et Président et Délégué scientifique de l’Association des économistes de l’énergie de 2004 à 2010. Ses sujets de recherche portent sur la régulation des industries énergétiques libéralisées et l’efficacité de politiques publiques (sécurité de fourniture, politiques carbone, EnR, nucléaire et efficacité énergétique).
Abonné

S'abonner ou

10,00Ajouter au panier