Le rapport du GIEC sur 1,5 °C est dit rapport spécial parce qu’il est le premier rapport du GIEC qui réponde à une commande politique. C’est lors de la COP21 qui adopta l’Accord de Paris en 2015 que cette commande fut faite pour répondre à la demande du groupe des AOSIS (Alliance of Small Island States). Il ne pouvait y avoir d’accord universel qui entérinerait « en passant » la quasi-disparition des sociétés des petits états insulaires, en cas de réchauffement de 2 °C ; d’où l’idée d’une évaluation de ce qui constituerait un objectif climatique plus ambitieux. On passa de l’exigence éthique à la question de la faisabilité lorsque le président Hollande lors de la COP21 réaffirma l’objectif de 2 °C mais rajouta « et 1,5 °C si possible ».

Jean-Charles Hourcade est diplômé de HEC (1971), Docteur en Sciences Sociales (1977), Docteur d’état en Sciences économiques (1981). Il a été directeur du CIRED (CNRS-EHESS-École des Ponts-Cirad) de 1986 à 2012 et co-directeur de la Chaire de Modélisation Prospective pour un Développement Durable, Conviening Lead Author du deuxième et troisième rapports du GIEC, Lead Author des quatrième et cinquième rapports puis pour le rapport spécial sur 1,5 °C, contributeur au prix Nobel de la paix du GIEC en 2007.
Abonné

S'abonner ou

10,00Ajouter au panier