Sélectionner une page

Les gaz non conventionnels, gaz de roche-mère en tête, ont connu un développement exceptionnel aux États-Unis à partir de 2006. Le forage horizontal et la fracturation hydraulique sont à l’origine de cette  révolution. Les gaz de roche-mère représentent désormais 30 % de la production américaine et devrait atteindre 50 % du total en 2030. Cette évolution a abouti à une baisse spectaculaire des prix américains du gaz et à des opportunités inespérées, il y a seulement cinq ans, en termes d’exportations gazières et de ré-industrialisation, en particulier dans le secteur pétrochimique. Au niveau mondial, de nombreux pays examinent leur potentiel, à l’image de la Chine ou des pays européens. L’enjeu est double visant, d’une part, à limiter leur dépendance gazière et, d’autre part, à stabiliser si possible les prix du gaz. Il restera à définir, comme le font actuellement les États-Unis, un cadre réglementaire strict d’un point de vue environnemental pour espérer valoriser un potentiel a priori très conséquent.

Market impacts from the development of unconventional gas

Since 2006, unconventional gas, especially shale gas, has seen exceptional development in the USA. Horizontal drilling and hydraulic fracturing are at the origin of this revolution. Shale gas now represents 30% of total American gas production, a share that should reach 50% by 2030. This development has resulted in a spectacular decline in American gas prices and to opportunities – unimaginable only five years ago – to export gas and to reindustrialise, especially in the petrochemical sector. Around the world, many countries are now examining their own potential, notably China and in the European Union. The stakes are double: on the one hand, to limit import dependence and, on the other hand, to stabilise gas prices, if possible. What has yet to be developed is a strict regulatory framework, as currently in train in the United States, covering environmental aspects, which would then permit realisation of a potential that a priori looks to be substantial.

Olivier Appert est polytechnicien et ingénieur général des Mines. Il a occupé de nombreuses fonctions, tant dans l’administration de l’énergie que dans les cabinets ministériels ainsi qu’à l’Agence internationale de l’énergie. En 2003, il est nommé à la tête de l’Institut français du pétrole, devenu depuis IFP-Energies nouvelles. Il préside le Conseil français de l’énergie et est également président d’honneur de Cedigaz, association internationale ayant pour but l’information sur le gaz naturel. Créée en 1961 par un groupe de compagnies gazières internationales et l’Institut français du pétrole (IFP), elle regroupe aujourd’hui 140 membres répartis dans 120 pays.

Guy Maisonnier, ingénieur économiste à IFPEN depuis 2002, est expert des marchés pétroliers et gaziers. Il participe également à des travaux de prospective technico-économique. De 1995 à 2000, il a travaillé au sein de Cedigaz, organisme international sur le gaz naturel, publiant différentes études sur les marchés gaziers. Il a été auparavant ingénieur-conseil dans une société spécialisée du secteur de l’énergie avant de  rejoindre le ministère français de l’Industrie, au service international de la direction des Hydrocarbures.

Impacts-marches-developpement-gaz