Sélectionner une page

La capacité des véhicules électrifiés (VE) à diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) est sujette à débat. De nombreuses études fondent le calcul des émissions kilométriques des VE sur le contenu carbone de l’électricité contemporaine. Nous proposons une évaluation qui mobilise une vision cohérente de l’évolution du système énergétique dans lequel les VE doivent s’insérer. Nous utilisons un modèle de simulation prospective pour produire des scénarios contrastés de l’évolution du contenu carbone de l’électricité européenne. Cet exercice suggère que, si l’Europe choisit de mettre en place des politiques climatiques destinées à réduire drastiquement ses émissions de GES, le contenu carbone de l’électricité va diminuer rapidement, prolongeant sur le long terme l’avantage actuel des VE sur les véhicules classiques en termes d’émissions par kilomètre. À long terme, l’électrification des véhicules est pertinente dans toutes les régions du monde.

Will electrified vehicles reduce carbon emissions?

The ability of electrified vehicles (EVs) to reduce greenhouse gas (GHG) emissions is a subject for debate. A number of studies base the calculation of EV emissions per kilometer on the carbon content of today’s electricity. We propose an evaluation which integrates a coherent vision of the development of the energy system in which EVs will evolve. For this, we have recourse to a model that simulates prospects for the carbon content of European electricity under contrasting scenarios. This exercise suggests that if Europe chooses to implement climate policies aimed at drastically reducing GHG emissions, the carbon content of electricity will diminish rapidly, extending over the long term the current advantage of EVs over conventional vehicles in terms of emissions per kilometer. In the long term, electrification of vehicles is relevant right across the world.

Adrien Vogt-Schilb est ingénieur de l’école des Ponts et titulaire d’un master d’Économie du développement durable, de l’environnement et de l’énergie. Consultant au BIPE, où il a notamment développé des scénarios mondiaux de pénétrations des véhicules électrifiés, il rédige actuellement une thèse au Cired portant sur le lien entre politiques climatiques et accumulation de capital bas carbone.

Céline Guivarch est diplômée de l’école Polytechnique, ingénieur des Ponts, eaux et forêts et docteur en Économie. Elle a dirigé des études prospectives pour des institutions et pour l’Union européenne et travaillé pour l’Agence internationale de l’énergie. Elle est actuellement à la tête d’une équipe de modélisation prospective et d’évaluation des politiques énergétiques et climatiques au Cired.

Jean-Charles Hourcade, directeur de recherches au CNRS et à l’EHESS, est ancien directeur du Cired. Il est titulaire d’une thèse d’État en Science économique. Expert pour de nombreuses agences internationales sur l’environnement et l’énergie, il a participé à l’écriture des rapports du GIEC et aux négociations internationales sur le climat au sein de la délégation du gouvernement français. Il a contribué à de nombreux ouvrages étudiant le lien entre inertie technique et changement climatique.

Vehicules-electrifies-reduiront-ils-emissions-carbone