La résurgence de l’intervention publique dans le secteur électrique soulève la question de savoir comment adapter au mieux le market design pour relever le défi de l’investissement associé aux objectifs de sécurité de fourniture et de décarbonation. L’évolution vers un régime de marché hybride, qui repose sur une combinaison de planification, d’arrangements de partage de risques pour le long terme et de marchés améliorés, semble inévitable. En définitive, ce régime hybride dont la forme la plus achevée se trouve au Royaume-Uni et en Amérique latine repose sur deux formes de régulation : 1) la planification articulée à une concurrence « pour les marchés » destinée au développement de nouvelles capacités en différentes techniques et 2) la concurrence « sur le marché », limitée à la réalisation du dispatching économique.

The electricity sector: from a market regime to a hybrid planning/market regime

The resurgence of public intervention in the electricity sector raises the question of how best to adapt current market design to meet the investment challenges associated with security of supply and decarbonisation objectives. The move towards a hybrid market regime, based on a combination of planning, long-term risk-sharing arrangements and improved markets, would appear to be inevitable. Ultimately, this hybrid regime, which is found in its most complete form in the UK and Latin America, is centred on two forms of regulation: 1) planning based on competition «for markets», aimed at developing new capacities in different technologies, and 2) competition «on the market», limited to the question of economic dispatching.

Directeur de Recherche émérite au CNRS, Dominique Finon est depuis 2003 chercheur associé au CIRED (CNRS et ENPC) et à la Chaire European Energy Markets de l’université Paris-Dauphine, et conseiller scientifique du Conseil Français de l’Énergie. Il a été directeur de l’Institut d’Économie et de Politique de l’énergie (CNRS et Grenoble II) de 1991 à 2002 et Président et Délégué scientifique de l’Association des économistes de l’énergie de 2004 à 2010. Ses sujets de recherche portent sur la régulation des industries énergétiques libéralisées et l’efficacité de politiques publiques (sécurité de fourniture, politiques carbone, EnR, nucléaire et efficacité énergétique).
Abonné

S'abonner ou

10,00Ajouter au panier