Sélectionner une page

Presque deux ans après la publication d’un article sur la situation énergétique au Japon, une mise à jour est proposée à partir de discussions avec des acteurs japonais de l’énergie : il apparaît que la question de la sécurité énergétique reste l’enjeu majeur de la politique énergétique japonaise même si elle semble mise en cause par certains choix réglementaires. La place du nucléaire est menacée en raison de la sévérisation accrue des normes de sûreté. Le développement, excessif pour certains, des énergies renouvelables variables est financé par des tarifs d’achats très favorables qui seront révisés. Dans ce contexte, le retour du GNL et du charbon pourrait être conforté par des améliorations technologiques.

An update on Japan’s energy sector

Almost two years after the publication of an article on Japan’s energy sector, an update is provided based on discussions with relevant Japanese stakeholders. The issue of energy security remains the major challenge of Japan’s energy policy although it has been brought into question by a certain number of regulatory changes: the role of nuclear power is threatened by the tightening of safety standards; and the expansion of renewables, considered excessive by some, has been financed by very favourable purchase prices, currently under revision. In this context, a resurgence in LNG and coal could be triggered by technological improvements.

Jean Eudes Moncomble est secrétaire général du Conseil Français de l’Énergie depuis 2002. Ingénieur (Centrale Paris) et économiste de formation, il commence sa carrière en 1981 comme chercheur au Laboratoire d’économie de l’École Centrale où il est nommé professeur en 1985. En 1992, il rejoint la direction de la stratégie d’EDF (Études Économiques Générales) comme expert sur les questions économiques et énergétiques ; nommé chef de département en 1995, il y occupe différents postes au sein de cette direction.
Abonné

S'abonner ou

10,00Ajouter au panier