Si l’on en croit les sondages, trois quarts de la population soutiendraient le mouvement des gilets jaunes contre la fiscalité sur les carburants, et en particulier contre la nouvelle taxe carbone. Mais d’autres sondages montrent qu’une proportion similaire de la population pense qu’il faut lutter contre le changement climatique, ce qui est le but de ladite taxe !

La population avait jusqu’alors supporté sans récrimination des charges liées à la transition énergétique. La CSPE (Contribution au Service Public de l’Électricité), par exemple, a créé une charge supérieure en ordre de grandeur dans l’indifférence générale. Même noyée dans d’autres taxes, elle n’est pas évoquée dans le mouvement actuel. La taxe carbone, qui date de 2014, est passée inaperçue jusqu’à maintenant, mais il est vrai que le prix du pétrole était relativement bas à l’époque.

Jacques Maire est ancien élève de l’École Polytechnique et ingénieur au corps des mines. Il a été notamment directeur général de Gaz de France et a occupé plusieurs postes dans la haute fonction publique. Jusqu’en janvier 2013, il était président du conseil scientifique du Conseil Français de l’Énergie, dont il est administrateur.
Abonné

S'abonner ou

10,00Ajouter au panier