Paul Zagamé, dans ces mêmes colonnes, a analysé la capacité des modèles à capturer la relation entre macroéconomie et énergie en présence d’objectifs radicaux de décarbonation, en rupture avec les tendances historiques, et esquissé différentes pistes d’amélioration (notamment via une hybridation des modèles macro avec des modèles technico-économiques). Nous souhaitons ici prolonger cette réflexion sur la relation entre macroéconomie et énergie en intégrant la problématique des « risques de transition » — également induits par les objectifs de décarbonation — notamment mis en avant par Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre, dans son discours fondateur sur la « ­tragédie des horizons » en 2015, ainsi que certains des effets positifs de la transition, parfois qualifiés de co-bénéfices et négligés (comme l’amélioration de la qualité de l’air), en dépit de leur effet potentiellement massif. Le propos est ici d’esquisser la complexité d’une macroéconomie « post-carbone », sans prétendre à l’exhaustivité.

Patrice Geoffron est professeur à Dauphine dont il a été vice-président international et président intérimaire. Il en dirige l’équipe énergie-climat (CGEMP) qui pilote plusieurs chaires (Climat, Électricité, Gaz, avec l’École des Mines). Il est co-rédacteur en chef de la revue Economics and Policy of Energy and the Environment et membre du comité de rédaction de l’International Journal of Management and Network Economics. Il fait partie du groupe d’appui à la Convention citoyenne pour le climat et co-préside le groupe de travail consacré à l’hydrogène au sein du Comité de prospective de la CRE.
Abonné

S'abonner ou

10,00Ajouter au panier