Les pays entourant la mer du Nord ont lancé l’éolien en mer sur fondation. Désormais mature, cette technologie connaît depuis 2014 un développement impressionnant, en Europe et maintenant en Chine, tandis que d’autres pays annoncent à leur tour des programmes considérables. La Commission européenne souhaite canaliser son déploiement, qu’elle voudrait très ambitieux, au moyen d’une « stratégie » publiée fin 2020. Ce texte aborde peu une autre filière : l’éolien en mer flottant. Pourtant, cette dernière conditionne l’accès à la ressource pour les pays bordés d’eaux profondes, notamment la France, qui figure parmi les pionniers de cette technologie mais n’en a pas encore tiré les bénéfices.

Wind power takes off

The countries surrounding the North Sea have launched fixed foundation offshore wind power projects. The technology, which is now mature, has experienced an impressive development since 2014, in Europe followed by China and now in other countries. The European Commission is promoting an ambitious deployment of wind power through its ‘‘strategy’’ published at the end of 2020. However, its text almost totally ignores a new sector — floating offshore wind power — which is crucial to countries such as France that border on deep waters. Even though France is a pioneer in this technology, it has not yet reaped any benefits from its leadership position.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur, Michel Cruciani a partagé ses activités entre Gaz de France, la CFDT, et Électricité de France (Direction des Affaires Européennes) avant de contribuer aux travaux du Centre de Géopolitique de l’Energie et des Matières Premières (CGEMP) de l’Université Paris-Dauphine et à ceux du Centre Énergie de l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI).
Abonné

S'abonner ou

10,00Ajouter au panier